Récipiendaires du Prix d’excellence du CEO

Chaque année, le CEO demande aux ministères prescrits de soumettre les projets et les programmes extraordinaires pour qu’il puisse les évaluer dans le cadre de son Prix de l’excellence. Ce Prix permet de souligner le bon travail du personnel du ministère qui crée des projets qui améliorent l’environnement de l’Ontario et respectent les objectifs de la Charte des droits environnementaux de 1993 (CDE).

2015 - Aucune soumission acceptable pour cette année

Cette année, le CEO a reçu cinq soumissions de la part de deux ministères, mais il a choisi de ne pas remettre son prix cette année, puisque les soumissions n’arrivaient pas à la cheville des projets récipiendaires du prix des années passées.

2014 - La gestion de la châtaigne d’eau dans le parc provincial Voyageur (MRN)

Cette année, le CEO décerne son Prix de l’excellence au personnel du ministère des Richesses naturelles (MRN) parce qu’il a créé un projet novateur pour contenir l’infestation de la châtaigne d’eau (Trapa natans), une espèce aquatique envahissante, dans le parc provincial Voyageur. La châtaigne d’eau est devenue une grave nuisance dans d’autres secteurs parce qu’elle peut étouffer la végétation indigène, diminuer la biodiversité et avoir des conséquences négatives sur les activités récréatives.

L’infestation de châtaignes d’eau dans le parc provincial Voyageur était l’un des premiers cas connus en Ontario, et le personnel du MRN a agi rapidement pour diminuer ses conséquences et limiter sa prolifération. Le personnel a consulté d’autres régions pour obtenir de l’information et du soutien, il a fait des recherches sur les nouvelles méthodes de lutte contre cette espèce, il a fait des expériences avec les techniques de lutte et de surveillance et il a conçu de nouveaux équipements capables de lutter efficacement contre l’espèce. Par exemple, il est possible de lutter contre la châtaigne d’eau en canot en tirant à la main sur les tiges, mais cette méthode prend énormément de temps et elle requiert une forte main d’œuvre. Le personnel du MRN a conçu un nouveau système de bateaux spécifiquement adapté pour retirer et amasser la partie supérieure des plantes, ce qui diminue la possibilité que cette espèce produise des fleurs et des graines. De plus, le personnel du MRN a fait participer le public et il l’a renseigné tout au long du projet. Par exemple, le personnel a fait circuler des bulletins d’information, il a créé un programme de bénévoles pour qu’ils aident à retirer les plantes et il a conçu des programmes d’éducation pour les visiteurs du parc.

Grâce à ce projet fructueux, l’infestation a été contenue dans les limites du parc provincial Voyageur, certaines sections du parc sont complètement libres de la châtaigne d’eau, les espèces indigènes s’installent de nouveau dans les zones que les plantes aquatiques envahissantes s’étaient appropriées, et on a réduit de 95% la quantité de graines viables de la châtaigne d’eau dans le sédiment.

2013 - Programme sur le pluvier siffleur du parc provincial Wasaga Beach (MRN)

Cette année, le CEO remet le Prix d’excellence au personnel du ministère des Richesses naturelles (MRN) pour son programme sur le pluvier siffleur du parc provincial Wasaga Beach. L’arrivée en 2005 du pluvier siffleur à Wasaga Beach est importante, parce que cette espèce en voie de disparition n’avait pas réussi à s’établir dans les Grands Lacs canadiens depuis plus de 30 ans et elle n’avait pas réussi à se reproduire dans le parc depuis plus de 70 ans. La saison de 2012 est la saison la plus fructueuse à ce jour, puisqu’elle a vu six pluviers siffleurs sortir de leur nid. Le CEO félicite le personnel du MRN pour avoir utilisé une méthode proactive de conservation pour cette espèce en voie de disparition dans le parc provincial Wasaga Beach. Cette méthode s’est appuyée avec succès sur la participation du public, public qu’elle a largement sensibilisé d’ailleurs, ainsi que sur la protection de l’habitat et la surveillance continue.

2012 - Système de gestion des déchets du parc provincial Algonquin (MRN)

Cette année, le CEO remet le Prix de l’excellence au personnel du ministère des Richesses naturelles (MRN) pour son système de gestion des déchets pour les visiteurs du parc provincial Algonquin. Ce système simplifie le recyclage et le réacheminement des matières organiques grâce aux conteneurs séparés de collecte des déchets situés le long du corridor de l’autoroute 60 dans le parc. Ces conteneurs sont spécialement dotés de couvercles qui empêchent la faune d’y pénétrer et ils sont placés aux 2/3 sous la terre pour que la fraîcheur de la terre diminue les odeurs.

Puisqu’il s’agit d’un parc provincial phare de l’Ontario, la plupart des visiteurs s’attendent à ce que le parc Algonquin gère les déchets avec la sensibilité écologique la plus grande. Toutefois, des centaines de milliers de visiteurs passent dans le parc chaque année, et le MRN doit sensibiliser les visiteurs et gérer d’énormes quantités de déchets. Des personnes novatrices ont su relever le défi et mettre en oeuvre un nouveau système qui a fait bondir le taux de réacheminement des déchets du parc Algonquin. Ce dernier est passé d’environ 20% en 2004 à plus de 40% en 2011. Ce pourcentage représente plus de 200 tonnes métriques de déchets réacheminés des sites d’enfouissement au cours de l’année dernière. Le prochain objectif du personnel est d’atteindre un taux de réacheminement des déchets de 60%.

Le CEO applaudit ce projet et ses avantages environnementaux. Le projet augmente le recyclage et le réacheminement des matières organiques qui permettent d’éviter que des déchets se retrouvent dans les sites d’enfouissement. Il sensibilise les visiteurs et le personnel à la gestion responsable des déchets. Le CEO croit que ce projet est important puisqu’il diminue les répercussions environnementales associées à près d’un million de visites annuelles dans le parc Algonquin. De plus, si ce projet s’étend à l’ensemble des milieux protégés de l’Ontario, il pourrait, grâce à une meilleure gestion des déchets, renseigner les utilisateurs des parcs et diminuer les répercussions de plus de 10 millions de visites annuelles de ces lieux.

2011 - Cellules de biorétention et d’asphalte composé de caoutchouc granulaire dans le stationnement de covoiturage de l’autoroute QEW sur la rue Ontario à Beamsville (MTO)

Cette année, le CEO remet le Prix d’excellence au personnel du ministère des Transports (MTO), car le ministère s’est servi d’un système de biorétention avec asphalte composé de caoutchouc granulaire dans son stationnement de covoiturage de l’autoroute QEW (Queen Elizabeth Way) sur la rue Ontario à Beamsville. Le CEO applaudit ce projet pour les avantages qu’il comporte sur trois plans environnementaux, notamment la gestion des eaux de ruissellement, le réacheminement des déchets et la promotion du covoiturage. La biorétention est une technique d’aménagement de faible incidence qui vise à reproduire le cycle hydrologique naturel, c’est-à-dire qu’il permet aux eaux de ruissellement de s’infiltrer, de filtrer, de s’évaporer et d’être contenues, et ce, tout en traitant la pollution à sa source. La biorétention améliore aussi l’aspect esthétique du milieu, elle offre un habitat aux oiseaux et à d’autres animaux sauvages, elle améliore la qualité de l’air et atténue l’effet d’îlot thermique urbain. Le ministère a formé un partenariat avec l’Université Guelph pour surveiller et analyser les données des cellules de biorétention et faire rapport sur ces dernières pendant les deux prochaines années. De plus, la moitié de la couche de surface du site contient de l’asphalte composé de caoutchouc granulaire. Cette quantité de caoutchouc représente à peu près 624 pneus qui autrement se seraient retrouvés au rebut. Ce projet est un exemple dont les municipalités, les autres agences et le secteur public peuvent se servir.

2010 - Énergie verte pour l’aéroport de Summer Beaver (MTO)

Cette année, le CEO remet le Prix de l’excellence au personnel du ministère des Transports (MTO) pour leur projet visant à faire de l’aéroport de Summer Beaver le premier aéroport canadien à être entièrement alimenté à l’énergie renouvelable. Le MTO gère 29 aéroports éloignés situés dans le Grand Nord de l’Ontario dans des collectivités de Premières nations qui ne sont pas reliées au reste de l’Ontario par des routes praticables à l’année. Ces aéroports constituent un lien essentiel pour le transport de personnes, de matériaux, d’équipements et de fournitures. Le personnel du MTO a utilisé l’énergie solaire et éolienne afin de réduire grandement les besoins en diesel de l’aéroport de Summer Beaver, réduisant ainsi de façon considérable l’utilisation de carburant et les émissions de GES. Étant donné le succès du projet, le MTO pense maintenant utiliser l’énergie renouvelable dans d’autres aéroports.

2009 - Projet vert (MEO)

Cette année, le CEO remet le Prix de l’excellence au personnel du ministère de l’Environnement (MEO) pour mettre en avant leur initiative de Projet vert. Le personnel du MEO s’efforce de réduire l’impact du ministère sur l’environnement en concentrant ses efforts sur ses propres pratiques internes, comme l’écologisation de l’exploitation des bâtiments, l’économie d’énergie et le réacheminement des déchets. Cette initiative a connu un vif succès notamment avec la création de plusieurs bureaux neutres en carbone et l’arrivée de 114 véhicules hybrides dans le parc du ministère. Les membres du personnel chargés du Projet vert ont joué un rôle important de chef de file; ils ont réussi à transformer les préoccupations et les souhaits du personnel du MEO en action collective ayant affiché des résultats mesurables. Le personnel du MEO a effectué plus de 40 présentations auprès de 2 000 membres de la fonction publique de l’Ontario, répartis dans 16 comités d’écologisation au sein du MEO et ont reçu plus de 1 500 idées visant à rendre le ministère plus écologique et a établi un comité interministériel d’écologisation avec la participation de huit autres ministères.

2008 - Événements « Zéro déchets » au Palais des congrès du Toronto métropolitain (MTCO)

Cette année, le CEO remet le Prix de l’excellence au personnel du ministère du Tourisme pour marquer les événements « zéro déchets » présentés au Palais des congrès de la communauté urbaine de Toronto. Jusqu’à présent, 14 événements ont été organisés, avec un taux moyen de réacheminement des déchets de 97%. Ce taux remarquablement élevé de réacheminement des déchets permet d’économiser, en moyenne, l’équivalent de 57 arbres, 75 000 litres d’eau, 39 310 kWh d’énergie, 16 200 litres de pétrole, 77 kg de polluants atmosphériques et 85 mètres cubes d’espace de décharge. Le CEO félicite les efforts déployés par le ministère du Tourisme dans le cadre de cette initiative et espère qu’ils serviront à inspirer d’autres projets de ce type.

2007 - Aucune soumission acceptable pour cette année

Après avoir étudié les recommandations du comité, le CEO a opté de ne pas accorder de Prix d’excellence pour l’exercice 2006–2007. Le comité et le CEO sont d’avis qu’il serait prématuré de souligner officiellement certains projets et programmes proposés avant leur pleine mise en œuvre. Certaines initiatives décrites dans les soumissions relevaient surtout d’obligations imposées par la loi, ou n’étaient pas du même calibre que les récipiendaires des années précédentes.

2006 - Système d’information sur les ressources des terres du Sud de l’Ontario (MRN)

Cette année, le CEO remet le Prix d’excellence au personnel du MRN pour ses travaux exemplaires d’élaboration et de mise en oeuvre du Système d'information sur les terres du Sud de l'Ontario (SITSO). Le SITSO est un programme complet de cartographie électronique régionale conçu pour mesurer précisément la nature et la taille des régions naturelles, rurales et urbaines du Sud de l’Ontario et pour surveiller les changements qui s’y produisent. On atteint ce but en combinant les données les plus récentes de sources de données provinciales et locales et en y ajoutant des renseignements récents obtenus à partir d’images provenant de satellites.

Le SITSO deviendra un outil très important pour appuyer la mise en oeuvre efficace d’une foule de plans et d’initiatives dans le Sud de l’Ontario, y compris le Plan de conservation de la moraine d’Oak Ridges, le Plan de la ceinture de verdure, le Plan d’aménagement de l’escarpement du Niagara et des plans de protection des sources d’eau. Toutes ces initiatives nécessitent des données cartographiques à jour et détaillées pour assurer l’identification et la protection des fonctions et éléments environnementaux importants. De plus, le SITSO est accessible à d’autres intervenants, dont les offices de protection de la nature et les municipalités, qui ont aussi besoin d’information exacte et à jour pour poursuivre des approches durables de la planification. Le CEO applaudit les efforts du MRN pour élaborer cet outil de planification essentiel et en faciliter l’application.

2005 - Conservation de la tourbière d’Alfred (MRN, MEO, MAML)

Le Prix d’excellence du CEO est présenté cette année aux dirigeants et au personnel du ministère des Affaires municipales et du Logement (MAML), du MRN et du ministère de l’Environnement (MEO) en reconnaissance de leurs efforts pour préserver la tourbière d’Alfred. Le CEO félicite chaudement ces ministères pour leurs efforts concertés à l’égard de la conservation de cet écosystème vulnérable.

Située dans les Comtés unis de Prescott et Russell, la tourbière d’Alfred est la plus grande des tourbière bombées encore en existence dans le sud de l’Ontario et elle abrite plusieurs espèces végétales et animales d’importance. Toutefois, elle risque la dégradation environnementale depuis les années 1880, décennie marquant le début des activités de récolte de tourbe sur le site. Elle a été désignée zone de conservation par la municipalité en 1978, mais un propriétaire foncier a présenté en 1982 une demande de modification du zonage d’une portion considérable de la tourbière pour en faire une zone agricole, ouvrant ainsi la voie à la récolte de tourbe ou au drainage à d’autres fins agricoles. Cette demande a suscité de nouvelles craintes sur l’intégrité écologique future de la tourbière d’Alfred. Un combat mené sur une période de 20 ans par des organismes environnementaux régionaux et locaux et soutenu par des intervenants locaux et la province a permis de protéger quelque 7 550 acres des 10 300 acres restants de la tourbière.

En 1999, les Comtés unis de Prescott et Russell ont adopté un plan officiel intégrant des politiques de protection de la tourbière, que la province a approuvé. Ces éléments du plan officiel ont été portés en appel, et la province a subséquemment décidé qu’elle devait diriger le dossier de la protection de la tourbière. Une coopération interministérielle provinciale a joué un rôle important : le MAML a utilisé les conseils et l’expertise techniques du MRN et du MEO pour donner le statut de zone d’intérêt provincial à la tourbière. Pendant quatre ans, les ministères ont travaillé ensemble pour régler les appels relatifs au plan officiel. Au bout du compte, ils ont réussi, en partie grâce à l’achat à la juste valeur marchande des portions de la tourbière encore désignées à des fins d’extraction de tourbe. Plus des trois quarts de la surface restante de la tourbière appartiennent maintenant au public.

Le CEO applaudit ces ministères pour leur contribution aux efforts de protection de la tourbière d’Alfred.

2004 - Surveillance environnementale (MEO)

Le lauréat du Prix d’excellence du CEO cette année est le ministère de l’Environnement (ME). Le CEO est heureux de reconnaître le travail des gestionnaires et du personnel du ME à l’égard des réseaux de surveillance de l’environnement ambiant qui recueillent, analysent et publient des données sur l’air, les eaux de surface et les eaux souterraines de la province. Au cours des dernières années, le ME a mis en place le Réseau ontarien de surveillance biologique du benthos, qui examine l’état des communautés biologiques au sein des écosystèmes aquatiques. Parmi les autres programmes de surveillance gérés par le ME, citons le Programme de surveillance de la contamination du poisson gibier, le Partenariat pour la protection des lacs ontariens, qui vise à examiner les éléments nutritifs présents dans 500 lacs intérieurs, et une étude des Grands Lacs dont l’objectif est de surveiller de manière exhaustive chacun des Grands Lacs au fil du temps. Les données recueillies au moyen de ces réseaux et dans le cadre de ces programmes servent à établir des données de référence et à cerner des tendances, à déterminer les sources de contamination et à appuyer les décisions environnementales. Dans un certain nombre de cas, les données recueillies sont résumées et publiées sous forme de rapports, comme la série Rapport sur la qualité de l’air de l’Ontario ou le Guide de consommation du poisson gibier de l’Ontario. Toutes les données recueillies sont des plus utiles au gouvernement, aux groupes environnementaux, aux industries et au public.

Bien que le travail réalisé par les gestionnaires et le personnel du ME à l’égard des réseaux de surveillance de l’environnement ambiant se déroule souvent dans les coulisses, les efforts qu’ils déploient contribuent grandement à la prise de décisions environnementales et à la sensibilisation du public.

2003 - Patrimoine vital de l’Ontario (MRN)

Le lauréat du Prix d’excellence du CEO cette année est le ministère des Richesses naturelles (MRN). Le CEO est heureux de reconnaître le travail des gestionnaires et du personnel du MRN dans l’élaboration de la stratégie Patrimoine vital de l’Ontario (stratégie PVO). Annoncée le 29 mars 1999, la stratégie PVO a pour objectif de protéger 12 pour 100 du territoire du Nord et du Centre de l’Ontario. Les zones désignées dans le cadre de la stratégie PVO favoriseront les initiatives de biodiversité et seront le reflet des divers écosystèmes et des éléments naturels qu’on trouve dans la région. La stratégie PVO a aussi pour objectif d’établir 378 nouvelles zones protégées – la plus importante expansion du réseau de parcs et de zones protégées de l’histoire de l’Ontario – et de désigner neuf sites symboliques où il y a tout lieu de protéger les éléments importants du patrimoine naturel.

Les consultations qu’a effectuées le MRN étaient, à l’époque, les plus importantes et les plus complexes que le ministère avait jamais entreprises, celui-ci ayant reçu plus de 8 000 commentaires par l’intermédiaire du Registre environnemental. Le MRN continue de se servir du Registre pour consulter le public à mesure que la mise en oeuvre de la stratégie PVO se poursuit.

La stratégie PVO est une importante réalisation, et contribue à l’accomplissement des objectifs de la CDE, plus particulièrement la protection et la conservation de la diversité biologique, écologique et génétique et la protection des zones sensibles sur le plan écologique.

2002 - Stratégie de la moraine d’Oak Ridges (MAML)

Le lauréat du Prix d’excellence de cette année est le ministère des Affaires municipales et du Logement. Le CEO est heureux de reconnaître les travaux des gestionnaires et du personnel du MAML dans l’élaboration de la stratégie sur la moraine d’Oak Ridges. Le CEO souhaite également souligner la participation des gestionnaires et du personnel d’autres ministères, particulièrement les ministères des Richesses naturelles, de l’Environnement et de l’Énergie, de l’Agriculture et de l’Alimentation, des Transports et des Finances.

La stratégie sur la moraine d’Oak Ridges, annoncée le 1er novembre 2001, se compose de la Loi de 2001 sur la conservation de la moraine d’Oak Ridges et du Plan de conservation de la moraine d’Oak Ridges, comporte une proposition d’échange de terres et prévoit la création du conseil intérimaire d’administration de la Fondation de la moraine d’Oak Ridges. Une fois mise en oeuvre, cette vaste stratégie provinciale de protection de la moraine d’Oak Ridges pourra favoriser la réalisation des objectifs de la CDE : la protection, la conservation et le rétablissement de l’intégrité de l’environnement; la gestion judicieuse de nos ressources naturelles; et la protection des zones et processus écologiquement fragiles. (De plus amples renseignements sur la moraine d’Oak Ridges figurent aux pages 72-79.)

La stratégie sur la moraine d’Oak Ridges est le point culminant d’un processus de consultation ayant fait appel au Registre environnemental créé en vertu de la CDE et à d’autres méthodes pour donner au public et aux intervenants la possibilité de participer à l’élaboration de la stratégie et à l’établissement d’un consensus à l’égard de celle-ci. Ce processus a suscité une forte participation de la part du public avec l’appui d’équipes interministérielles et multilatérales. Le personnel du MAML a encouragé l’utilisation du Registre en tant que moyen d’informer le public à propos du processus de consultation et d’inciter sa participation. En outre, des séances portes ouvertes et à l’intention des intervenants ont eu lieu dans le cadre du processus. Plus de 2 000 personnes ont participé à ces séances, et le MAML a reçu près de 600 commentaires par écrit.

2001 - Projet pour le crotale massasauga de l’Est en prévision de la reconstruction de l’autoroute 69 (MTO)

Le lauréat du Prix d’excellence de cette année est le ministère des Transports. Le CEO est heureux de reconnaître les efforts déployés par le personnel du MTO en vue d’adopter une démarche proactive pour la protection du massassauga, une espèce de serpent menacée d’extinction. Le personnel a mis sur pied un programme novateur visant à atténuer la perte d’habitat causée par la construction de routes et à assurer un suivi unique en son genre.

Le MTO procède à l’expansion de la route 69, qui traverse la région de la baie Georgienne. Cette région est un des quatre derniers habitats du massassauga au Canada. Dans le cadre du processus d’autorisation environnementale, le MTO s’est engagé à protéger cette espèce pendant les travaux de construction routière et a élaboré une stratégie de gestion de l’habitat en collaboration avec le MRN.

Pendant la saison de construction 2000, le personnel du MTO s’est renseigné sur les caractéristiques de l’espèce, la dynamique des populations, l’habitat et les besoins en matière d’hibernation. Il a également dressé une liste des travaux de construction susceptibles d’avoir une incidence sur l’habitat ou la population de l’espèce puis a aménagé des ouvrages tels que des ponceaux placés sous la route facilitant la migration estivale de l’espèce et des talus rocailleux très inclinés le long de la route. Le personnel du ministère a également créé des habitats artificiels, notamment en déplaçant des dalles de pierre dont se servent les femelles œuvées. Enfin, le MTO a appris aux personnes travaillant dans l’habitat principal ce qu’il faut faire si elles se trouvent en présence de ce serpent. Pendant la construction, on protégera tous les massassaugas rencontrés en les amenant à un autre endroit.

Lorsque les travaux de construction seront terminés, on surveillera les mesures d’atténuation prises par le MTO pour assurer la protection permanente du massassauga. Par exemple, on implantera un émetteur radio dans dix serpents pour suivre leurs déplacements. Le MTO espère que ces activités de surveillance l’aideront à comprendre l’incidence de la fragmentation de l’habitat et à évaluer l’efficacité des mesures d’atténuation mises au point pour ce projet.

2000 - Programme des fosses septiques (MAML)

Pour la première fois cette année, le CEO entend reconnaître officiellement les programmes et les projets ministériels qui satisfont le mieux aux objectifs de la CDE ou qui représentent des pratiques exemplaires relativement à la CDE. Le CEO a demandé aux 13 ministères assujettis à la CDE de soumettre les programmes ou les projets qui répondent à l'un ou l'autre de ces critères. Quatre ministères ont répondu à notre demande et ont présenté un total de 12 projets à partir duquel le CEO a fait sa sélection. Un comité indépendant a examiné les soumissions des ministères et a suggéré laquelle devrait faire l'objet d'une mention dans le rapport annuel de 1999.

Suite à ce processus, le CEO est heureux de reconnaître les efforts déployés par le personnel du ministère des Affaires municipales et du Logement (MAML) pour sensibiliser les professionnels et le public aux répercussions sur l'environnement des petits systèmes d'égout sur place, communément connus sous le nom de fosses septiques.

En 1998, le MAML a assumé la responsabilité de l'administration du cadre réglementaire sur les fosses septiques. Il lui incombait notamment de modifier la Loi sur le code du bâtiment et le Code du bâtiment de l'Ontario pour y inclure de nouvelles normes en matière de conception, de construction, d'inspection, de fonctionnement et d'entretien. Pour assurer l'installation, l'approbation et l'entretien de fosses septiques de haute qualité, le MAML a élaboré un programme de formation et d'attestation des installateurs et des inspecteurs de fosses septiques.

L'élaboration d'un cadre d'attestation/de délivrance de permis visait à accroître les compétences techniques des personnes qui construisent, approuvent et inspectent les fosses septiques. En exigeant que tous réussissent un examen qu'il administre lui-même, améliorant ainsi leurs connaissances et garantissant leurs compétences techniques, le MAML s'attend à améliorer la qualité des fosses septiques à l'échelle de la province et donc à réduire les répercussions négatives sur l'environnement associées aux fosses septiques mal installées, à diminuer le taux de défaillance des fosses septiques à plus long terme, à accroître la capacité pour les entrepreneurs et les inspecteurs de cerner et de rectifier les problèmes et à rassurer les propriétaires fonciers qui engagent des installateurs qualifiés.

Le programme veut notamment faire en sorte que les fosses septiques soient d'une taille appropriée pour éviter les déversements; que l'on utilise les matériaux appropriés pour éviter les problèmes de fonctionnement et d'entretien; et que l'on installe des fosses en fonction des conditions du site et des caractéristiques du sol.

À ce jour, environ 2 400 installateurs et inspecteurs ont reçu leur attestation dans le cadre de ce programme, qui se poursuit.

À l'appui des nouvelles normes de fonctionnement et d'entretien figurant dans le Code du bâtiment de l'Ontario, le MAML a également rédigé et distribué une brochure à l'intention des propriétaires fonciers et de chalet qui ont des fosses septiques. Ce document précise qu'il incombe à ces propriétaires d'assurer le bon fonctionnement de leurs fosses septiques. Il décrit les différentes composantes et le fonctionnement d'une fosse septique type. Il dresse une liste des problèmes les plus courants qui touchent les fosses septiques et dispense des conseils sur la façon de les cerner et d'entretenir et d'utiliser convenablement une fosse septique. Enfin, la brochure explique pourquoi il est important de faire nettoyer et inspecter une fosse septique par des personnes qualifiées, et précise avec qui il faut communiquer à cette fin.

La brochure souligne la nécessité de conserver l'eau de façon à ne pas excéder la capacité de la fosse; de réduire l'utilisation des détergents à base de phosphate qui peuvent s'échapper des fosses septiques et porter atteinte à la qualité de l'eau; et d'éliminer les activités qui peuvent nuire au fonctionnement du lit de lixiviation. Plus de 25 000 exemplaires de la brochure ont été distribués depuis novembre 1999.

Le CEO félicite le personnel du MAML des efforts qu'il a déployés pour améliorer la qualité des fosses septiques dans la province. Un arbre a été planté dans le grand Toronto pour commémorer leur travail.

Haut de page